defi2

Accueil des migrants : quand les citoyens et notre commune remplissent le rôle du fédéral défaillant…

Manque d’anticipation ? Mauvaise évaluation de la situation ?... Ou volonté de déstabiliser la population ? Quoi qu’il en soit, en fermant fin juin le centre d’accueil de migrants Fedasil situé rue des Palmiers, à Woluwe-Saint-Pierre, pour des raisons économiques (rabotage des budgets liés à l’asile), le gouvernement De Wever-Michel (N-VA/MR) a ignoré que l’Europe est confrontée à la pire crise migratoire depuis 1945 !

Conséquence : une réouverture dans l’urgence du centre Fedasil pour accueillir cent réfugiés. Le quartier a été plongé dans le désarroi face à cette incohérence dans la gestion de ce lieu d’accueil qui existe depuis de nombreuses années et qui s’était bien intégré dans le quartier. Heureusement, c’est un formidable élan de solidarité citoyen et associatif qui s’est mis en place, épaulé par les services de la commune de Woluwe-Saint-Pierre et le personnel de qualité du centre Fedasil.

Une grande partie de la population a très vite compris, en effet, que ces réfugiés, majoritairement syriens et irakiens, exerçaient, pour la plupart, une activité professionnelle dans leur pays d’origine. Comme en témoignait récemment M. Bluck, le directeur du centre Fedasil de la rue des Palmiers, ils ont donc un savoir-faire intellectuel et manuel à valoriser, un niveau d’éducation et de culture qui favorisera leur intégration, même temporaire. N’oublions pas non plus que la plupart d’entre eux fuient un Islam radicalisé. La peur ne peut donc être de mise.

Dons et aides bienvenus

Et elle n’est vraiment pas de mise. Preuve en sont les nombreuses demandes d’aide adressées par la population. Sachez que la commune s’est très vite organisée pour contribuer quelque peu à l’action de notre centre Fedasil. Pour suivre en direct ce qui peut être fait de manière coordonnée à Woluwe-Saint-Pierre, nous vous invitons à consulter le site communal: http://www.woluwe1150.be/fr/actualites/97-flash-info/1568-solidarite-migrants-fedasil. Vous pouvez notamment y déposer vos dons ou proposer vos services en tant que bénévoles…

Encart

En ces temps où certains, par leur propos ou leurs actes, alimentent ou stimulent la peur et le racisme, ou – plus grave encore – profitent de leur statut pour jouer sur l’ambiguïté, il est de notre devoir, à nous, démocrates, de tuer dans l’œuf les fausses idées reçues, de rappeler les valeurs de l’accueil qui est dû aux personnes qui fuient leur pays car leur vie, leur intégrité physique ou celles des leurs est menacé. De rappeler enfin et surtout que le respect de la dignité humaine ne peut souffrir d’aucune exception.

Education permanente : cycle de conférence 2015-2016

Le cycle de conférences de l’éducation permanente a pour objectif d’ouvrir les esprits à des questions auxquelles de nombreuses personnes sont confrontées. Cette ouverture est toujours un moyen de mieux comprendre : « un Homme averti en vaut deux ».

Ces conférences sont gratuites. Elles se dérouleront des mercredis à 20h au W:Halll, Centre culturel de Woluwe-Saint-Pierre, 93 avenue Charles Thielemans.

PSYCHOLOGIE par Jean-Marie-Duval, coach & consultant, expert en prévention du risque psycho-social du burnout.
Le 28 octobre 2015 : «Qu’est-ce le burnout et quelle prévention ?».
Le 2 décembre 2015 : «Comment aider un proche et soutenir une connaissance ?».
Le 27 janvier 2016 : «Comment faciliter la reprise du travail après un burnout et
comment les entourages professionnel et privé peuvent-ils être un soutien ?».

PÉDAGOGIE ET ÉDUCATION
Le 13 janvier 2016 : «Les relations école-famille : de la confrontation à la coéducation», par Bruno Humbeeck, Docteur en science del’éducation, clinique de la résilience.
Le 27 février 2016 : «Les enfants Dys exécutifs(1)» (conférencier à préciser) (1) Dys exécutifs : difficultés à s’autoréguler, à s’organiser, à planifier, à se mettre à la tâche, à faire face à ses émotions.
Le 28 avril 2016 : «Hyperparentalité», par Bruno Humbeeck
Le 26 mai 2016 : «L’architecture du choix amoureux», par Bruno Humbeeck

SOCIOLOGIE
Le 23 mars 2016 : «L’avenir du vivre ensemble face à la montée de l’extrémisme» (conférencier à préciser).

PHILOSOPHIE des mythologies du monde selon différents thèmes par Brigitte Vanatoru, Docteur en philosophie.
Le 24 février 2016 : «L’Homme et la connaissance»
Le 18 mars 2016 : «L’Homme, la politique, le pouvoir (Platon, Gilgamesh, Zeus et sa victoire contre les dieux, Prométhée, le feu et la technique,….Horus et Seth).»
Le 20 avril 2016 : «L’Homme est la destinée de l’âme»
Le 18 mai 2016 : «L’Homme et la cosmologie (Babylone, l’Egypte, la Grèce,mythes japonais, chinois, le géant démembré, les Aztèques, les Mayas, les Vikings, etc…»La mythologie fait partie de notre quotidien depuis toujours. En Grèce ancienne déjà, les textes nous rapportent l’importance des histoires racontées aux enfants par leur mère ou leur nourrice. Les mythes nous bercent, occupent notre imaginaire, nous font rêver, nous guident à l’occasion dans nos choix et nos actions.

NOUVELLES TECHNOLOGIES par UPDATE, centre de formation tous publics en informatique.
Le 14 octobre 2015 : «Les traitements d’images : avec quels logiciels ?»
Le 16 décembre 2015 : «Les tablettes»
Le 11 mai 2016 : «Les réseaux professionnels : sécurité or not ?»

 Pour plus d'informations : Serge de Patoul (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ou

Sandra Ndongala (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

 

 



« Allez les gosses », une génération de réussite

Allez les GossesDepuis plus de 25 ans, fin juin, les écoles fondamentales de Woluwe-Saint-Pierre se retrouvent au centre sportif pour une journée de compétitions sportives. Félicitons le centre sportif, les bénévoles et en particulier Daniel Lagase pour l’organisation impeccable qui permet à nos enfants de vivre une journée sportive exceptionnelle et une belle histoire. Cette tradition s’inscrit parfaitement dans l’optique du nouvel administrateur délégué Michel Naets qui veut un centre créateur de bons souvenirs.

 

« Allez les gosses 2015 » fut une réussite. Comme chaque année, diront certains et c’est juste. En même temps, comme échevin de l’enseignement, j’ai senti un petit malaise. Pourquoi ? A l’époque, Pierre de Coubertin a souligné que le prinipal est de participer. Et c’est bien cela la fête du sport et le fondement de cette journée. En même temps, il y a une forme d’émulation pour gagner et ou pour être la meilleure école. A première vue, cette ambiance de grande compétition peut être sympathique mais celle-ci peut aussi se transformer désagréablement si gagner devient la seule motivation ou si, entre écoles, on arrive au chant de la victoire en lieu et place de l’hymme des félicitations de tous aux meilleurs. Voilà donc le doigt mis sur la cause de ce petit malaise.

« Allez les gosses » doit rester une journée de fête du sport, une journée de plaisir pour les enfants, une journée inoubliable et attendue avec impatience. En même temps, c’est une journée éducative. Dans cette perspective, une réflexion va être menée avec le centre sportif organisateur de l’événement, l’asbl Panathlon Wallonie-Bruxelles qui travaille au quotidien à la promotion et la diffusion du Fair Play et des valeurs d’éthique sportive et les directions des écoles fondementales implantées sur le territoire de notre commune pour qu’ « Allez les gosses » soit la fête du sport éthique et de la pratique du sport dans le respect des règles, de l’esprit du jeu et de l’adversaire.

La majorité des enfants fréquentant une des écoles fondamentales de notre commune participe à « Allez les gosses » comme athlète au maximum tois à quatre fois dans sa vie. L’ambition de cet évènement est que ces journées soient aussi un apprentissage des valeurs sportives de respect, d’encouragement, de dépassement de soi et de fair play.

Nos jeunes ambassadeurs en Louisiane.

Louisiane 1Depuis 2001, la commune de Woluwe-Saint-Pierre, organise une expérience de vie «  à l’américaine » dans le cadre du jumelage avec la Nouvelle Ibérie située à quelque kilomètre de la ville Lafayette en Louisiane. Des jeunes de 15 à 17 ans s’y rendent afin de vivre la vie de leur contemporain dans une petite ville au sud des Etats-Unis. Cette année, le groupe était composé de Flore, Morgane, Simon, Jules et Logan.

Jazz dans le Quartier français de la Nouvelle-Orléans, balade le long du Mississippi, promenades dans le centre-ville de la capitale de l'Acadie, Lafayette, appréciation de l'héritage francophone sous diverses formes, la connaissance de vrais Cajuns, parlant leur français, activités sportives sur le Bayou Teche, tour dans le swamp et dans le bayou au Lake Martin, alligator, faune et flore typique, … ont été au programme de nos jeunes ambassadeurs.

New Iberia, notre ville jumelle bourgade d’accueil, fut aussi visitée et elle a honoré la présence de nos jeunes par une visite officielle à la mairie de la Nouvelle-Ibérie et une rencontre de la maire suivi d’une interview parue dans le journal local, the Daily Iberian.

Nos jeunes ont été accompagnés de charmantes sœurs et frères d'accueil tout au long des activités.

Distribution de prix de fin d’année.

Comme chaque année, fin juin une distribution de prix a eu lieu dans nos écoles communales. Cette année, les résultats de réussite du CEB sont excellents. Soulignons que c’est la première fois que des enfants présentant des difficultés « DYS » (dyslexique, dyscalculie, dysphasie,…) ayant suivi tout leur cursus en intégration, ont présenté le CEB. Il s’est donc dégagé de manière manifeste que le système de l’intégration est un plus qui ne pénalise aucun élève, bien au contraire.

Pour les enfants du premier degré différencié au Centre Scolaire Eddy Merckx, les résultats obtenus au CEB ont aussi été globalement bons. Ces résultats démontrent que les initiatives pédagogiques entamées voici pratiquement 5ans, portent leurs fruits. C’est l’illustration que notre réseau d’enseignement s’inscrit pleinement dans la logique d’une approche pédagogique de réussite pour tous.

 

Visite du Maire de Goma, M. Naasson Ndoole Kubuya et du coordinateur du projet « Réhabilitation de l’état civil » Augustin Ndimubanzi Bazirake

Dans le cadre du programme financé par la coopération belge de réhabilitation des services état civil population à Goma ainsi que dans deux autres villes du Nord Kivu, Butembo et Beni, le maire de Goma et le coordinateur du projet, se sont rendus à Woluwe-Saint-Pierre. L’objectif de cette mission était d’avancer dans la préparation du recensement et de l’informatisation qui seront menés en automne dans la ville de Goma. De plus, pour le coordinateur du projet pour les trois villes, ce fut l’occasion de découvrir l’ensemble du système de gestion de l’état civil et de la population en Belgique et plus particulièrement à Woluwe-Saint-Pierre, ainsi que de prendre des contacts avec les bailleurs de fonds, en l’occurrence, l’Union des Villes et Communes de la Région de Bruxelles-Capitale.

 

Intervention au parlement le 03 juillet au sujet du « Projet d’ordonnance modifiant l’ordonnance du 19 juillet 1990 portant création d’un service d’incendie et d’aide médicale urgente de la Région Bruxelles-Capitale (nosA-142/1 et 2 – 2014/2015) »

M. Serge de Patoul (FDF) - député

Voilà un débat qui est arrivé rapidement. Je tiens à féliciter le gouvernement pour avoir pris en main ce dossier lié à la gestion du Siamu et des pompiers. En effet, il s'agit d’un bien longue histoire qui s'est révélée très mouvementée pendant de nombreuses années.

Vous posez ici un choix fondamental et judicieux puisque vous donnez la préférence, pour exercer la direction, non à des gestionnaires purs, mais à des hommes de terrain qui recevront une formation complémentaire en gestion. Dans le métier de pompier, il y a une gestion de l'urgence qui doit être courageuse mais pas téméraire et pour laquelle il faut rapidement "sentir" les choses. Dans ce type de métiers, pour diriger, il faut bien connaitre ce qui se vit sur le terrain. Il faut bien comprendre ce que les uns et les autres peuvent vivre sur le terrain et ce qu'ils ressentent pour pouvoir adapter et donner les impulsions dans la gestion de l’institution qui répond à la profession.

Vous avez opéré un choix qui nous paraît assez novateur si l'on considère les années précédentes et qui, déjà, a amené une certaine sérénité. Presque une fois par an, nous avions l'habitude de devoir reparler de ce dossier empreint de tensions. Nous sommes désormais entrés dans une période propice à la sérénité, ce qui est très positif. Nous vous soutiendrons et encouragerons donc. Nous disposons d'une structure nouvelle et d'un esprit nouveau. Bien sûr, la nouvelle organisation devra être évaluée.

De surcroît, vous devez encore accomplir un grand travail, car il y a toujours de la marge entre la structure et les personnes qui l'animent.

Si cette structure a déjà permis de faire avancer substantiellement les choses et si vous avez pu créer un certain esprit, ce qui est déjà un pas conséquent de franchi, vous allez devoir à présenter mettre en place les bons acteurs. C'est en effet en fonction des personnes qui vont faire vivre cette structure que vous allez réussir ou non votre réforme.

À présent, vous devez donc gérer la deuxième facette du processus. Nous vous suivrons et vous encouragerons à poser les bons choix et à poursuivre cette approche propice à créer de la collaboration et à mener les missions à bien.