defi2

« Allez les gosses », une génération de réussite

Allez les GossesDepuis plus de 25 ans, fin juin, les écoles fondamentales de Woluwe-Saint-Pierre se retrouvent au centre sportif pour une journée de compétitions sportives. Félicitons le centre sportif, les bénévoles et en particulier Daniel Lagase pour l’organisation impeccable qui permet à nos enfants de vivre une journée sportive exceptionnelle et une belle histoire. Cette tradition s’inscrit parfaitement dans l’optique du nouvel administrateur délégué Michel Naets qui veut un centre créateur de bons souvenirs.

 

« Allez les gosses 2015 » fut une réussite. Comme chaque année, diront certains et c’est juste. En même temps, comme échevin de l’enseignement, j’ai senti un petit malaise. Pourquoi ? A l’époque, Pierre de Coubertin a souligné que le prinipal est de participer. Et c’est bien cela la fête du sport et le fondement de cette journée. En même temps, il y a une forme d’émulation pour gagner et ou pour être la meilleure école. A première vue, cette ambiance de grande compétition peut être sympathique mais celle-ci peut aussi se transformer désagréablement si gagner devient la seule motivation ou si, entre écoles, on arrive au chant de la victoire en lieu et place de l’hymme des félicitations de tous aux meilleurs. Voilà donc le doigt mis sur la cause de ce petit malaise.

« Allez les gosses » doit rester une journée de fête du sport, une journée de plaisir pour les enfants, une journée inoubliable et attendue avec impatience. En même temps, c’est une journée éducative. Dans cette perspective, une réflexion va être menée avec le centre sportif organisateur de l’événement, l’asbl Panathlon Wallonie-Bruxelles qui travaille au quotidien à la promotion et la diffusion du Fair Play et des valeurs d’éthique sportive et les directions des écoles fondementales implantées sur le territoire de notre commune pour qu’ « Allez les gosses » soit la fête du sport éthique et de la pratique du sport dans le respect des règles, de l’esprit du jeu et de l’adversaire.

La majorité des enfants fréquentant une des écoles fondamentales de notre commune participe à « Allez les gosses » comme athlète au maximum tois à quatre fois dans sa vie. L’ambition de cet évènement est que ces journées soient aussi un apprentissage des valeurs sportives de respect, d’encouragement, de dépassement de soi et de fair play.

Nos jeunes ambassadeurs en Louisiane.

Louisiane 1Depuis 2001, la commune de Woluwe-Saint-Pierre, organise une expérience de vie «  à l’américaine » dans le cadre du jumelage avec la Nouvelle Ibérie située à quelque kilomètre de la ville Lafayette en Louisiane. Des jeunes de 15 à 17 ans s’y rendent afin de vivre la vie de leur contemporain dans une petite ville au sud des Etats-Unis. Cette année, le groupe était composé de Flore, Morgane, Simon, Jules et Logan.

Jazz dans le Quartier français de la Nouvelle-Orléans, balade le long du Mississippi, promenades dans le centre-ville de la capitale de l'Acadie, Lafayette, appréciation de l'héritage francophone sous diverses formes, la connaissance de vrais Cajuns, parlant leur français, activités sportives sur le Bayou Teche, tour dans le swamp et dans le bayou au Lake Martin, alligator, faune et flore typique, … ont été au programme de nos jeunes ambassadeurs.

New Iberia, notre ville jumelle bourgade d’accueil, fut aussi visitée et elle a honoré la présence de nos jeunes par une visite officielle à la mairie de la Nouvelle-Ibérie et une rencontre de la maire suivi d’une interview parue dans le journal local, the Daily Iberian.

Nos jeunes ont été accompagnés de charmantes sœurs et frères d'accueil tout au long des activités.

Distribution de prix de fin d’année.

Comme chaque année, fin juin une distribution de prix a eu lieu dans nos écoles communales. Cette année, les résultats de réussite du CEB sont excellents. Soulignons que c’est la première fois que des enfants présentant des difficultés « DYS » (dyslexique, dyscalculie, dysphasie,…) ayant suivi tout leur cursus en intégration, ont présenté le CEB. Il s’est donc dégagé de manière manifeste que le système de l’intégration est un plus qui ne pénalise aucun élève, bien au contraire.

Pour les enfants du premier degré différencié au Centre Scolaire Eddy Merckx, les résultats obtenus au CEB ont aussi été globalement bons. Ces résultats démontrent que les initiatives pédagogiques entamées voici pratiquement 5ans, portent leurs fruits. C’est l’illustration que notre réseau d’enseignement s’inscrit pleinement dans la logique d’une approche pédagogique de réussite pour tous.

 

Visite du Maire de Goma, M. Naasson Ndoole Kubuya et du coordinateur du projet « Réhabilitation de l’état civil » Augustin Ndimubanzi Bazirake

Dans le cadre du programme financé par la coopération belge de réhabilitation des services état civil population à Goma ainsi que dans deux autres villes du Nord Kivu, Butembo et Beni, le maire de Goma et le coordinateur du projet, se sont rendus à Woluwe-Saint-Pierre. L’objectif de cette mission était d’avancer dans la préparation du recensement et de l’informatisation qui seront menés en automne dans la ville de Goma. De plus, pour le coordinateur du projet pour les trois villes, ce fut l’occasion de découvrir l’ensemble du système de gestion de l’état civil et de la population en Belgique et plus particulièrement à Woluwe-Saint-Pierre, ainsi que de prendre des contacts avec les bailleurs de fonds, en l’occurrence, l’Union des Villes et Communes de la Région de Bruxelles-Capitale.

 

Intervention au parlement le 03 juillet au sujet du « Projet d’ordonnance modifiant l’ordonnance du 19 juillet 1990 portant création d’un service d’incendie et d’aide médicale urgente de la Région Bruxelles-Capitale (nosA-142/1 et 2 – 2014/2015) »

M. Serge de Patoul (FDF) - député

Voilà un débat qui est arrivé rapidement. Je tiens à féliciter le gouvernement pour avoir pris en main ce dossier lié à la gestion du Siamu et des pompiers. En effet, il s'agit d’un bien longue histoire qui s'est révélée très mouvementée pendant de nombreuses années.

Vous posez ici un choix fondamental et judicieux puisque vous donnez la préférence, pour exercer la direction, non à des gestionnaires purs, mais à des hommes de terrain qui recevront une formation complémentaire en gestion. Dans le métier de pompier, il y a une gestion de l'urgence qui doit être courageuse mais pas téméraire et pour laquelle il faut rapidement "sentir" les choses. Dans ce type de métiers, pour diriger, il faut bien connaitre ce qui se vit sur le terrain. Il faut bien comprendre ce que les uns et les autres peuvent vivre sur le terrain et ce qu'ils ressentent pour pouvoir adapter et donner les impulsions dans la gestion de l’institution qui répond à la profession.

Vous avez opéré un choix qui nous paraît assez novateur si l'on considère les années précédentes et qui, déjà, a amené une certaine sérénité. Presque une fois par an, nous avions l'habitude de devoir reparler de ce dossier empreint de tensions. Nous sommes désormais entrés dans une période propice à la sérénité, ce qui est très positif. Nous vous soutiendrons et encouragerons donc. Nous disposons d'une structure nouvelle et d'un esprit nouveau. Bien sûr, la nouvelle organisation devra être évaluée.

De surcroît, vous devez encore accomplir un grand travail, car il y a toujours de la marge entre la structure et les personnes qui l'animent.

Si cette structure a déjà permis de faire avancer substantiellement les choses et si vous avez pu créer un certain esprit, ce qui est déjà un pas conséquent de franchi, vous allez devoir à présenter mettre en place les bons acteurs. C'est en effet en fonction des personnes qui vont faire vivre cette structure que vous allez réussir ou non votre réforme.

À présent, vous devez donc gérer la deuxième facette du processus. Nous vous suivrons et vous encouragerons à poser les bons choix et à poursuivre cette approche propice à créer de la collaboration et à mener les missions à bien.

400 personnes pour le Parc des Virunga au Whalll.

VIRUNGA ECRAN

Dans le cadre d’une volonté de sensibiliser la population aux événements qui se déroulent dans la province Nord-Kivu au Congo, le film "Virunga" a été projeté au Centre culturel. A la suite de cette projection, un contact par Skype a eu lieu avec Emmanuel de Merode, directeur du parc, et Naasson Kuyuba Ndoole, maire de Goma, en présence de Philippe Lamair, journaliste à la RTBF et d'Eric de Lamotte, responsable de l’agence de voyage Kivu Travel. Serge de Patoul, échevin des relations internationales a organisé et animé cette soirée.

Le dialogue s’est fait sur base des questions qui avaient été reçues préalablement à l'événement. Ces questions ont porté sur la gestion du parc, sur la sécurité dans la région et sur l'avenir. Le documentaire et les échanges ont bien montré les périls encourus dans la sauvegarde de ce parc reconnu patrimoine mondial par l'UNESCO pour sa flore et sa faune. Les risques sont liés à la volonté d'exploiter sans vergogne les richesses naturelles du parc, notamment par la société britannique SOCO et par les sociétés mafieuses profitant du chaos issus des conflits dans la région.

Plus de 400 personnes ont participé à cette soirée qui constitue également une première technologique. Effectivement, Naasson Kuyuba Ndoole était à Goma, Emmanuel de Merode  en mission au Etats-Unis, et le public à Bruxelles.

Rappelons que Woluwe-Saint-Pierre est jumelée à la ville de Goma et que le parc de la Virunga, qui s’étend sur 790.000 hectares se situe à moins de 40 km de la ville.

 

Importantes nouvelles impulsions de Woluwe-Saint-Pierre dans la coopération internationale.

Contribuer à construire la paix dans une région IMG 0191qui souffre depuis des dizaines d’années de violence est ma volonté. Pour ce faire, les pouvoirs locaux doivent être efficaces et aptes à soutenir leur population. Avec le concours du financement de la coopération belge, j’intensifie notre action dans la province du Nord-Kivu au Congo

Woluwe-Saint-Pierre est inscrite dans le programme de coopération entre entités locales. Dans ce cadre, la commune obtient un financement sur deux ans de 254.360€ pour les villes du Nord-Kivu, de Goma (184.360€), Butembo (35.000€) et Beni (35.000€), et de 201.893€ pour l'arrondissement de Sig Noghin à Ouagadougou. Dans chaque lieu, le projet consiste à réhabiliter le service Etat-Civil et Population. Il est effectivement essentiel dans un état de droit d'assurer l'existence administrative de tous afin que chacun puisse bénéficier des droits de l’Homme.

En avril, j’ai mené une mission au Nord-Kivu pour réaliser l’état d'avancement du programme à Goma et un état des lieux dans les villes de Butembo et de Beni. Le travail à accomplir est important. Il est à noter qu’en particulier la région de la ville de Beni souffre d’une grande insécurité avec des massacres réguliers.

Ce voyage fut aussi l'occasion d'inaugurer à Goma des toilettes publiques particulièrement dédiées à une école fondamentale. Ces toilettes financées par notre commune contribuent à l’amélioration de l’hygiène publique. A la suite de cette inauguration, et devant les enfants de l’école, le maire de Goma Monsieur Nasson Kubuya Ndoole et moi-même avons signé le protocole de jumelage entre Goma et Woluwe-Saint-Pierre que notre conseil communal avait adopté.

De par la crédibilité de son expertise, Woluwe-Saint-Pierre est une commune pilote et modèle en matière de coopération internationale. L’opposition communale a parlé de dispersion. Elle traduit le terme « spécialisation » par le mot « dispersion ». J’espère que cet article lui fera comprendre son erreur et je reste à la disposition de tout le monde pour donner de plus amples informations ainsi que pour examiner toutes les collaborations possibles en matière de coopérations et de relations internationales.