defi2

Articles

Allez les gosses 2017, une belle fête du sport.

L’événement important pour nos enfants ! La participation en fin d’année scolaire  à une des compétitions sportives de « Aller les gosses » permet à chaque enfant d’être un athlète, un sportif comme s’il était aux jeux Olympique.  Comme l’année dernière, c’est la participation et le dépassement de soi qui furent mis à l’honneur. Cette année, l’événement a accueilli avec plaisir un représentant de l’association des parents de l’école du Chant d’Oiseau, Monsieur Laurent Seghers.

Allez lesgosses2017

Photo ci-dessus : Jeunes lauréats avec Michel Naets du centre sportif, Laurent Seghers de l’AP du Chant d’Oiseau et l’échevin de l’enseignement

 

La distribution de fin d’année 2017 : une allure d’exception

Fin juin, la traditionnelle mise à l’honneur des enfants de nos écoles communales ayant obtenu leur CEB s’est déroulé dans l’auditorium du centre culturel. La « maîtresse » de cérémonie fut la directrice de l’école du Chant d’Oiseau, Madame Gisèle Monteville. Ce fut une belle occasion pour l’échevin de l’enseignement de déjà la remercier pour avoir mené toute sa carrière d’institutrice et de directrice dans nos écoles communales, surtout au Chant d’Oiseau. Madame Monteville prendra sa pension fin de l’année 2017. Les directions des autres écoles l’ont fleuri montrant ainsi à la très nombreuse assemblée d’enfants et de parents l’équipe qu’ils forment et l’importance de la reconnaissance et du remerciement. Belle démonstration éducationnelle.

SDP distrib prix 2017

Photo : Madame Monteville fleuri par et avec les autres directions des écoles fondamentales à côté de l’échevin de l’enseignement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les poules sont arrivées à l’école maternelle de Joli-Bois…

Poulet 2En ce début de printemps, trois poulettes ont fait leur joyeuse entrée dans un poulailler jouxtant la cour de récréation de l’école maternelle de Joli-Bois. L’objectif poursuivi par cette initiative est pédagogique : familiariser les enfants avec la nature, leur faire découvrir la  poule et son cycle de vie, les inciter à ne pas avoir peur de l’animal tout en respectant celui-ci et recycler certains déchets de la cantine pour faire un pas vers le « zéro déchet ».

Le poulailler est placé dans l’ancien bac à sable. Il est bien grillagé.  Il n’y a donc pas de risque par rapport aux renards, aux fouines et aux autres animaux éventuellement désireux de partager le repas des poules.

Le jeudi 4 mai dernier, les poulettes ont découvert leur nouveau domaine et elles ont été présentées aux enfants de 2ème et 3ème maternelles. Pour le futur, la volonté est d’installer dans le poulailler un ou deux lapins, animal qui cohabite sans problème avec les poules. Enfin, après cette première expérience testée et réussie, des poulaillers seront placés dans les autres écoles.

Cette politique de rapprochement de nos enfants avec la nature, je la mène en collaboration efficace avec ma collègue Caroline Lhoir en charge de l’environnement.

Enseignement : plus d’autonomie pour atteindre les objectifs définis, stop à la multiplication des circulaires.

Comme pouvoir organisateur d’enseignement (PO), la commune comme les autres PO souffrent d’un système d’enseignement qui pratique le paradoxe de demander d’apprendre l’esprit critique aux élèves tout en imposant au monde de l’enseignement de suivre des règles sans réflexion et parfois contradictoire !

Mon propos est déjà illustré par deux exemples manifestes cette année scolaire 2016-2017.

La réorganisation des cours de philosophie et de citoyenneté a placé les PO dans des situations impossibles. Je pense à la règle que dans une école l’enseignant en charge du cours de citoyenneté. Actuellement, les enfants ont une heure du cours de citoyenneté et une heure de religion ou morale ou le cours de « dispense ». La situation dans nos écoles communales primaires est la suivante :

 

Cours suivi                               Nombre d’élèves                           % par rapport au total des élèves

Morale laïque                                        356                                                         39,7%

Religion catholique                                351                                                         39,1%

Religion musulmane                              128                                                         14,3%

Religion protestante                                46                                                           5,1%

Religion orthodoxe                                  16                                                            1,8%

Religion israélite                                       1                                                            0,1%

 

En pratique cela se traduit par une perte de plus de 30% d’heure d’enseignement de cours d’une religion ou morale et des difficultés de locaux. Vu l’hétérogénéité des âges pour les groupes peu nombreux, nous devons avoir un système où les enfants de ces cours quittent la classe pour aller au cours de religion choisie. Ce n’est pas le système idéal !

Le second exemple est encore plus flagrant. Il s’agit du fameux décret des titres et fonctions. Tout est rigidifié. Les directions du réseau libre ont également fait part de leur très grand mécontentement. Les informations ont tardées. La charge administrative et bureaucratique est énorme. Les directions sont détournées de leur rôle premier. La commune n’est pas épargnée. Outre quelques difficultés de désignation d’enseignement déjà en fonction et donnant satisfaction, la commune a avancé les rémunérations pour les enseignants du secondaire pour les mois de septembre et d’octobre. Cette réforme, essentiellement basé sur une défense de pré carrées, a complexifié sans apporter le moindre plus pédagogique ! Et c’est sans compter les difficultés de recrutement.

Notre enseignement souffre de beaucoup trop de carcans administratifs.

 


 

Distribution des prix 2016.

Distrib 2016Comme de tradition, les distributions des prix de fin de cycles ont eu lieu au Whalll. Ce fut l'occasion pour l'échevin de l'Enseignement de féliciter les enfants ayant obtenu leur CEB, en soulignant l'année particulière durant laquelle ils ont obtenu ce CEB. Il a invité tous les enfants à acquérir la capacité de prendre du recul face aux événements tragiques que l'on peut vivre, en vue de pouvoir en dégager un enseignement qui fasse progresser la société.

La directrice du Centre Eddy Merckx et l'échevin ont corroboré leurs propos dans le même sens auprès des élèves terminant leur cycle secondaire.

"Allez les gosses" avec l’athlète Claire Michel. Remise de 22 coupes de fair-play.

photo fair play

La 26ème édition d'"Allez les gosses" s'est déroulé durant les jours blancs de la fin de l'année scolaire.

Cette année, l'accent a été mis sur le fair-play. Des commissaires ont été chargés d'honorer des actes de fair-play qu'ils ont observés. L'atmosphère a été fondamentalement positivement influencée.

22 enfants ont reçu ainsi une coupe du fair-play : 6 au cross, 5 au football et au volley, 3 en natation et au basket. 

Cette initiative, soutenue activement par l'administrateur délégué du Centre sportif, Monsieur Michel Naets, va donc s'insérer dans les prochaines éditions. Cela fera partie de la tradition de l'événement.

Une grande particularité de la 26ème édition fut aussi la présence de Claire Michel qui a lancé toutes les courses à pied des enfants. Claire Michel va participer au décathlon des jeux olympiques de Rio.

SDP MN Claire Michel

Serge de Patoul, Claire Michel et Michel Naets

 

Journée blanche : le fair-play mis à l’honneur de l’édition 2016 d’« Allez les gosses ».

allez les gosses 1Chaque année, lors des journées de la fin du mois de juin, les écoles fondamentales de la commune se retrouvent au centre sportif pour participer aux compétitions entre écoles mettant le sport à l'honneur. L'administrateur délégué du centre sportif, Michel Naets, insiste sur le caractère festif que doit avoir la journée et sur une expérience positive pour chaque enfant de participation à une compétition.

Avec Michel Naets, nous avons travaillé pour que les compétitions entre nos bambins soient l'occasion de mettre plus à l'honneur les gestes de fair-play que le résultat. L'objectif est de mettre en pratique la fameuse citation de Pierre de Coubertin : "le principal est de participer".

En vue de préparer l'événement, le centre sportif a annoncé la couleur aux écoles. Lors de la journée, des observateurs vont prendre note d'actes de fair-play. Les actes observés seront mis à l'honneur. En réalité, les auteurs de fair-play seront les gagnants de la journée.

La prétention n'est pas de pouvoir souligner tous les actes de fair-play, mais simplement quelques-uns qui puissent être montrés, à titre d’exemple à tout le monde.Chaque enfant doit être un héros de cette journée plus par ses gestes que par ses résultats. Il est important que l'école profite de ces journées de délassement pour contribuer à l’apprentissage du fair-play et à l'éducation des enfants en vue d'assurer la meilleure socialisation.

Vous êtes les bienvenus au centre sportif le lundi 27 juin 2016 de 9h30 à 15h30 pour assister à l’évènement. Tous ceux qui souhaitent être un des observateurs du fair-play sont invités à me contacter.

allez les gosses 3

Serge de Patoul, Echévin de l'Enseignement, Michel Naets, Administrateur delegué du Centre Sportif.

Le vivre ensemble : il faut en parler

Hommage aux victimes des attentats du 23 mars 2016 de la  direction et des lves du Centre Scolaire Eddy Merckx cole secondaire de WSPDans le Wolu Mag du mois de mars, j'avais annoncé deux conférences exceptionnelles : "Au royaume de l'espoir il n'y a pas d'hiver, soigner en zone de guerre" par Elise Boghossian, et "Le vivre ensemble" avec le Professeur Guy Haarscher et Elodie Francart conférence programmée  pour le 23 mars, soit le lendemain des attentats.

Le numéro Wolu Mag précédent était bouclé lorsque les terribles attentats ont eu lieu à l'aéroport de Bruxelles-National et à la station de métro Maelbeek. Plus possible de réagir.

Réfléchir sur «  Le vivre ensemble » m’apparaît depuis longtemps comme une nécessité, raison pour laquelle j’avais programmé cette conférence dans le cycle de l’éducation permanente.

Vu le traumatisme engendré par ces actes innommables qui ont frappé tant d’innocents, l'émotion était trop grande, au lendemain de cette tragédie pour confronter positivement des points de vue et alimenter la réflexion.  Le sujet reste cependant  de pleine actualité.  Nous en  débattrons donc  avec les deux personnalités invitées, ultérieurement.  Une période de deuil et le recul sont nécessaires.

 L'académie des arts en deuil.

Johanna Atlegrim, jeune suédoise de 30 ans, élève de l'atelier textile, est décédée victime des attentats à la station Maelbeek. Que ces lignes lui soient un hommage et une marque de sympathie  envers sa famille et ses amis.

Nos écoles communales ont pris la pleine mesure des événements. 

Au centre scolaire Eddy Merckx, sur les deux implantations, une minute de silence a été organisée.  Un temps de dialogue et de réflexion sera pris avec l'ensemble des élèves durant ce troisième trimestre de l’année scolaire.

Dans l'enseignement primaire, chaque enseignant a réagi en tenant compte de ses élèves. Pouvoir mettre des mots susceptibles d'être compris par les élèves pour tenter de donner une explication à l'inexplicable, tel fut le but poursuivi.

Photos : Hommage aux victimes des attentats du 26 mars 2016 en Belgique par la direction et les élèves du Centre Scolaire Eddy Merckx de Woluwe-Saint-Pierre

 

 

 

Normal 0 21 false false false FR-BE X-NONE X-NONE

 

« Allez les gosses », une génération de réussite

Allez les GossesDepuis plus de 25 ans, fin juin, les écoles fondamentales de Woluwe-Saint-Pierre se retrouvent au centre sportif pour une journée de compétitions sportives. Félicitons le centre sportif, les bénévoles et en particulier Daniel Lagase pour l’organisation impeccable qui permet à nos enfants de vivre une journée sportive exceptionnelle et une belle histoire. Cette tradition s’inscrit parfaitement dans l’optique du nouvel administrateur délégué Michel Naets qui veut un centre créateur de bons souvenirs.

 

« Allez les gosses 2015 » fut une réussite. Comme chaque année, diront certains et c’est juste. En même temps, comme échevin de l’enseignement, j’ai senti un petit malaise. Pourquoi ? A l’époque, Pierre de Coubertin a souligné que le prinipal est de participer. Et c’est bien cela la fête du sport et le fondement de cette journée. En même temps, il y a une forme d’émulation pour gagner et ou pour être la meilleure école. A première vue, cette ambiance de grande compétition peut être sympathique mais celle-ci peut aussi se transformer désagréablement si gagner devient la seule motivation ou si, entre écoles, on arrive au chant de la victoire en lieu et place de l’hymme des félicitations de tous aux meilleurs. Voilà donc le doigt mis sur la cause de ce petit malaise.

« Allez les gosses » doit rester une journée de fête du sport, une journée de plaisir pour les enfants, une journée inoubliable et attendue avec impatience. En même temps, c’est une journée éducative. Dans cette perspective, une réflexion va être menée avec le centre sportif organisateur de l’événement, l’asbl Panathlon Wallonie-Bruxelles qui travaille au quotidien à la promotion et la diffusion du Fair Play et des valeurs d’éthique sportive et les directions des écoles fondementales implantées sur le territoire de notre commune pour qu’ « Allez les gosses » soit la fête du sport éthique et de la pratique du sport dans le respect des règles, de l’esprit du jeu et de l’adversaire.

La majorité des enfants fréquentant une des écoles fondamentales de notre commune participe à « Allez les gosses » comme athlète au maximum tois à quatre fois dans sa vie. L’ambition de cet évènement est que ces journées soient aussi un apprentissage des valeurs sportives de respect, d’encouragement, de dépassement de soi et de fair play.