defi2

Articles

30 ans au conseil communal, 6 ans d'échevinat

Cet article paraissant à quelques jours des élections communales, il m'est apparu important pour votre information, de pouvoir tracer très brièvement un bilan de mon mandat d'échevin et les perspectives.

Lire la suite : 30 ans au conseil communal,  6 ans d'échevinat

Analyse des résultats des Elections communales à Woluwe-Saint-Pierre

Les caisses de livres pour Ruyumba juste avant d'être envoyéesEn octobre 2000, il y avait 23.420 électeurs et 20.139 votants. L'addition de la Liste du Bourgmestre et celle du FDF donne 11.660 voix. En octobre 2006, le FDF s'est présenté sur la Liste du Bourgmestre. Le nombre d'électeurs inscrits était de 23.529 (+0,47% par rapport à 2000) et le nombre de votants 20.908 (+0,38% par rapport à 2000). La liste du Bourgmestre a obtenu 11.701 voix (+0,35% par rapport à 2000). Six candidats FDF ont figuré sur cette liste : Caroline Persoons à la 2ème place, Serge de Patoul à la 11ème place, Sylvie Risopoulos à la 14ème place, Michel Vandercam à la 20ème place, Joëlle Raskin à la 24ème place et Marc Weber à la 31ème place. Le total des votes apportés aux candidats FDF est de 4.850 voix. Aux élections communales du 8 octobre 2000, les six candidats FDF ont obtenu 2.528 voix. Rappelons qu'aux élections communales de 2000, la liste FDF avait obtenu 2.406 voix dont 563 votes de liste et 1.843 votes nominatifs. Le tableau ci-dessous montre l'évolution des voix de préférence des candidats FDF leur importante progression. Le classement de 51 premiers candidats en voix de préférence montre un bon comportement électoral des candidats FDF. Le tableau ci-dessous reprend le résultat de ses 51 meilleurs scores personnels. Il est à noter que les 30 premiers candidats sont élus plus les 42ème (Ecolo), 43ème (Ecolo) et le 48ème (PS). Conclusion L'ensemble des données montre que la victoire de la Liste du Bourgmestre résulte de la participation du FDF à la liste. Il y a eu un report des voix de la liste FDF de 2000 sur la liste du Bourgmestre de 2006. De plus, les candidats FDF ont apporté plus de voix que ce qu'ils ont eu en 2000. Le FDF a donc gagné ces élections.

Pourquoi être sur la même liste électorale ?

Durant la législature qui s'achève (du 1er janvier 2001 au 31 décembre 2006), la commune a été gérée par la liste du Bourgmestre et le FDF. L'excellente dynamique et la saine collaboration ont poussé très logiquement les deux groupes à vouloir continuer le travail ensemble. C'est ainsi qu'il a été aisément décidé de se présenter sur une seule liste, en l'occurrence la liste du Bourgmestre. Celle-ci est composée des Libéraux Bruxellois, des FDF et de candidats indépendants de différentes origines sociales. La volonté est d'assurer, à travers la liste, la représentation de l'ensemble de la population et de tous les quartiers de notre commune. La liste du Bourgmestre s'inscrit dans une logique politique qui se fonde sur 3 axes : 1. la gestion municipale du sextennat 2001-2006 s'est avérée être un succès dans l'intérêt de la population. La saine collaboration au sein de la majorité a permis aux Wolusampétrusiens d'avoir une commune dynamique, innovatrice, agréable à vivre, qui rend les services que la population demande tout en gardant la fiscalité la plus basse de la Région bruxelloise. La volonté de la liste est de continuer dans cette même politique et de garder le caractère résidentiel de la commune. 2. la liste s'inscrit dans la logique du MR, c'est-à-dire la défense des Francophones bruxellois, l'opposition à la scission de l'arrondissement Bruxelles-Hal-Vilvorde, la solidarité avec les Francophones de la périphérie et la volonté d'élargir la région bruxelloise suivant les souhaits exprimés par la population, par référendum. Les partenaires jugent indispensables d'assurer au MR une force politique apte à peser dans les négociations institutionnelles qui auront lieu dans le futur. Effectivement, c'est grâce au MR que les dernières négociations institutionnelles du printemps 2005 se sont bien déroulées pour les Francophones. Même si l'accord n'a pas abouti, force est de constater objectivement que les propositions acceptées par les négociateurs permettaient d'aplanir les conflits communautaires en assurant un élargissement effectif de la Communauté française. Dès lors, un des effets de ces accords aurait dû être le renforcement des droits des Francophones, tant bruxellois que ceux de la périphérie. 3. les candidats de la liste du Bourgmestre ont toujours défendu l'autonomie communale. Il est vrai qu'il s'agit d'une institution proche du citoyen et globalement mieux gérée que les autres niveaux de pouvoir. La liste ainsi composée marque donc sa volonté d'assurer cette autonomie et de s'opposer aux fusions.

L'accès à l'emploi

La commune est l'institution la plus proche du citoyen. Elle peut donc être un excellent soutien pour toute personne confrontée à une recherche d'emploi, qu'elle soit chômeuse, travaillant mais en recherche d'une réorientation professionnelle, ou dépendante du CPAS. Au cours du sextennat 2001-2006, la volonté permanente a été de créer des outils d'aide à la recherche d'emploi pour tous les profils des demandeurs. Une saine collaboration entre la commune et le CPAS a été orchestrée. En pratique, cela s'est traduit par un ensemble d'actions : • L'accompagnement des demandeurs d'emplois et des personnes souhaitant une réorientation professionnelle ,... s'est effectué par un travail avec le chercheur d'emploi de mise en évidence de son projet professionnel, de collaboration à la conception de son curriculum vitae et à sa présentation,... et par des simulations d'interviews. Cet accompagnement s'est effectué en individuel ou en groupe. Plus de 2.000 personnes ont ainsi été aidées. Sur base de nos informations, entre 70% à 80% des personnes accompagnées ont trouvé une activité ou une formation professionnelle adaptée à leur projet de carrière. • Un ensemble d'infrastructures ont été développées ou créées en vue de répondre aux besoins des demandeurs d'emploi. C'est ainsi qu'une salle multimédia a été constituée pour permettre à chaque demandeur d'emploi de bénéficier de l'outil informatique qui lui permette, à la fois, de chercher des emplois sur internet ou de l'information, de réaliser des documents de qualité et de se former grâce à l'utilisation de CD-Roms ou de didacticiels de formation. De plus, une salle de lecture presse a été mise à la disposition des demandeurs d'emplois. Parallèlement le CPAS et la commune ont créé un cyber-espace (La Caverne) à coté de l'église de Stockel. Ce lieu s'adresse à tous les publics et en particulier aux demandeurs d'emploi émargeant du CPAS. • Des actions de mise en contact des demandeurs d'emploi et d'entreprises ont été organisées. Chaque année un Salon de l'Emploi a eu lieu. A cette occasion, une conférence y a été donnée pour traiter des questions spécifiques à la recherche d'un emploi (par ex. le travail intérimaire, l'image de soi, les titres-services,...). Ces salons de l'emploi ont permis de nombreux engagements. La dernier version du salon de l'emploi en mars 2006 a comme chaque année eu un grand succès de foule. • Une partie de la population, demandeurs d'emplois, dépend du CPAS et se trouve en décrochage social. Une réinsertion professionnelle a été organisée par la mise à l'emploi par le CPAS (article 60). Cette mise au travail permet à cette population d'acquérir une expérience professionnelle et se réinsérer dans le circuit du travail. Ces contrats ont une durée maximale de deux ans. C'est la raison pour laquelle le CPAS et le Service Emploi communal collaborent pour qu'en fin de contrat au CPAS ces personnes puissent retrouver un emploi dans le circuit normal du travail. Depuis 2001, le nombre de personnes mises au travail annuellement par le CPAS est passé de 14 à 50. Parmi ceux-ci, 38% ont trouvé, grâce à cette expérience, un emploi stable à la fin de leur contrat. • D'autres initatives ont été prises en vue d'intensifier la réinsertion professionnelle, Il s'agit : - de la création en 2001 d'un atelier de repassage (La glisse du linge : tel. 02/779.95.91) - de la création en 2003 d'une sprl d'économie sociale, dénommée « Coup de pouce de Woluwe-Saint-Pierre » et dont la vocation est de développer les services à domicile (ménage, jardinage, petites réparations, tel. 02.762.66.49) - de la création de partenariats « public-public » et « privé-public ». C'est ainsi qu'une mise à disposition de personnes (article 60) dans certaines asbl communales, dans des écoles communales, à la résidence Roi Baudouin, au CPAS, .... a été organisée. Une convention avec «Carrefour-Belgium » a été signée en vue de l'engagement d'étudiants pendant les vacances. De plus, des conventions avec diverses sociétés privées (bureaux d'architecture, librairies, cinémas), ont été signées pour la mise à disposition de personnes (article 60) en vue de leur faire acquérir de l'expérience professionnelle. • Depuis 2004, l'Etat fédéral a lancé le système des titres-services. La commune s'est inscrite dans la logique du système en prenant un accord de collaboration avec la société d'intérims Daoust. Ce partenariat avec une société sérieuse permet de faire bénéficier du système, tant les demandeurs d'emploi que les offreurs de travail. {{{ {{Programme 2006-2012}} }}} Le sextennat prochain verra une modification substantielle du travail du service emploi, étant donné que le pointage est supprimé. La politique qui sera menée sera axée sur l'accompagnement des demandeurs d'emploi pour les rendre « professionnels de la recherche » et les soutenir dans ces moments de difficultés. Les salles multimédia seront développées et les formations susceptibles de répondre à des besoins d'apprentissage de base et à des recherches d'emplois seront organisées (formation de base à l'utilisation de l'ordinateur, travail sur l'image de marque - image personnelle, table de conversation, ...) La salle multimédia, utilisée tant par le service emploi que par la bibliothèque, sera « distributrice » de formation en ligne, c'est-à-dire de formation à distance. Il y aura des heures supervisées afin d'aider les utilisateurs dans l'exploitation de l'outil informatique, de l'internet et des formations en ligne. Des synergies seront développées entre le Service emploi et la bibliothèque communale, tant pour l'utilisation des infrastructures que pour la mise à disposition de documentation et de livres. Dans le cadre de l'insertion socioprofessionnelle, le partenariat avec le privé sera intensifié afin de trouver de nouvelles pistes d'emplois. Des collaborations entre les différents services communaux et du CPAS et entre la commune et les sociétés d'intérims seront intensifiées en vue de répondre au mieux aux difficultés de tous les profils des demandeurs d'emplois.

Le logement, des réponses pragmatiques

Au cours des 30 dernières années, les derniers terrains libres se sont vus être construits. Actuellement, il ne reste comme réserve foncière que quelques terrains appartenant au privé, le champ situé avenue des Dames Blanches appartenant à la Société Régionale du Logement Social et le terrain communal situé avenue Olieslaegers. La commune ne dispose d'aucun moyen pour pouvoir réguler le marché immobilier. Elle ne peut donc être qu'un acteur sur le marché immobilier. Elle a joué ce rôle. Dans ce domaine comme dans d'autres, la législature a été marquée par une collaboration fructueuse entre la commune et le CPAS. Les principes qui ont été appliqués ont été, d'une part, la volonté de la commune de convertir ses terrains en un patrimoine immobilier constitué de logements et, d'autre part, l'utilisation la plus judicieuse du patrimoine existant grâce à des partenariats avec le privé. En pratique, en 2001, le CPAS est propriétaire de 2 immeubles : soit une maison 3 chambres (12 rue Titeca) et un bâtiment comprenant un appartement et deux studios (41 rue Titeca). Ce patrimoine représente du logement pour 10 personnes au total. Entre 2001 et 2003, la commune a mis à disposition du CPAS, les maisons situées au 80 et au 100 de la rue François Gay, soit du logement pour 12 personnes ainsi que deux appartements dans les Venelles, soit du logement pour 4 personnes. En 2002, le CPAS a signé le premier partenariat privé-public en matière de logement : il loue l'immeuble de l'avenue de Tervueren 292 pour y installer une initiative d'accueil pour candidats réfugiés. Cette première expérience réussie, le CPAS a conclu plusieurs autres baux avec des privés, entre 2003 et 2006 : rue des Palmiers 6 (un studio et un grand appartement), rue Henrotte 40 (grand appartement de 6 chambres), avenue de Tervueren 194 (appartement de 3 chambres), avenue Gribaumont 3 (appartement de 3 chambres), rue Kelle 87 (3 appartements). En 2004, la commune achète l'immeuble avenue Parmentier 179 et le met à la disposition du CPAS qui y aménage 12 kots d'étudiants. En 2005, le CPAS hérite d'une maison rue de la Cambre 77 qu'il rénove afin de créer 4 nouveaux appartements. Les travaux de rénovation ou d'aménagement sont effectués par le service du patrimoine du CPAS, composé de 6 personnes : deux ouvriers qualifiés et 4 personnes en contrat article 60, sous la surveillance de l'ingénieur, responsable du service du patrimoine. Aujourd'hui, le CPAS est capable de loger à un prix raisonnable, 80 personnes, soit 8 fois plus qu'il y a 5 ans. La collaboration accrue entre la commune et le CPAS a permis donc de gérer en bon père de famille le problème du logement. L'acquisition ou la location avec rénovation, réalisées par le CPAS, sont des réponses au problème du logement. De plus, par la mise au travail dans le cadre de l'insertion socioprofessionnelle de personnes dépendant du CPAS, cette politique contribue à l'emploi des personnes les plus précarisées. Cela a permis d'exploiter au mieux le patrimoine immobilier, public et privé existant à Woluwe-Saint-Pierre. Autrement dit, cette façon de faire peut être comparée à une famille qui achète ou qui loue un bien à de bonnes conditions financières en vue de le rénover. Soulignons aussi que la méthode suivie participe à l'amélioration urbanistique puisque cette façon de faire évite la création de chancres. La garantie du bon entretien du patrimoine existant, en particulier dans le logement social, a permis de faire face à Woluwe-Saint-Pierre au paradoxe du logement social en Région bruxelloise. En effet, il y a un grand manque de logements sociaux en regard du nombre de candidats locataires et pourtant beaucoup de logements sociaux sont inoccupés pour cause d'insalubrité dans plusieurs communes bruxelloises. Heureusement, la gestion menée à Woluwe-Saint-Pierre a toujours été de veiller à un entretien de qualité afin d'assurer une occupation maximale des logements sociaux situés sur son territoire. Les 800 logements sociaux de Woluwe-Saint-Pierre sont salubres et occupés. {{{ {{Programme pour le sextennat 2006-2012}} }}} Le logement restera une question primordiale pour la prochaine législature. Les différentes initiatives suivantes seront mises en œuvre : 1. la collaboration entre la commune et le CPAS sera maintenue en vue d'augmenter le portefeuille de logements, communaux et de CPAS. Il y aura une recherche de collaboration et de partenariat privé-public en matière locative. L'acquisition de biens à rénover, suivant le modèle du 179 avenue Parmentier sera poursuivi. Une agence immobilière sociale (AIS) sera créée pour la gestion du portefeuille de logements. La constitution d'une régie sera étudiée. 2. Dans le cadre de procédures négociées et laissées au libre choix des propriétaires, l'utilisation maximale du patrimoine existant sera recherchée. En pratique, cela se traduira par une attention toute particulière au bon entretien du patrimoine existant appartenant à la commune et au logement social, pour en assurer la pleine occupation. Les biens délabrés, source de nuisances pour l'ensemble du voisinage, seront répertoriés. La commune stimulera les propriétaires à rénover leur bien pour les remettre sur le marché immobilier. De plus, pour les immeubles de grandes dimensions, partiellement inoccupés, la commune encouragera la réalisation de conventions susceptibles d'utiliser la partie inoccupée pour en faire du logement supplémentaire. Dans cette perspective, la commune favorisera la division de grandes maisons familiales pour permettre à de jeunes ménages d'en louer une partie. La formule du partenariat privé-public, mise en œuvre par le CPAS, sera utilisée. 3. La commune stimulera le logement moyen. Dans cette perspective la commune réalisera un ensemble de maisons unifamiliales dont elle restera propriétaire et les mettra en location à des prix accessibles pour les jeunes ménages. L'objectif est de pouvoir garder des jeunes ménages à Woluwe-Saint-Pierre. Les locations seront limitées dans le temps. 4. Toutes formules juridiques susceptibles de faciliter le logement moyen et en particulier le logement pour les jeunes, seront étudiées, comme par exemple le système de bail emphytéotique. 5. Dans les limites de ses pouvoirs, la commune n'étant pas propriétaire du terrain avenue des Dames blanches (le Champ), la commune veillera à ce que le logement qui y sera construit puisse accueillir toutes les composantes de revenus. Il faut effectivement promouvoir sur un terrain aussi grand, en bordure d'une cité jardin qui a sa propre vie de quartier, la plus grande mixité, variété et diversité de types de logements, pour permettre à toutes les catégories sociales d'y accéder. 6. La gestion des logements sociaux continuera à être organisée avec la collaboration des personnes qui y vivent et qui spontanément s'organisent en comités de locataires, qui s'investissent dans les activités d'informations pour tous les locataires et dans les initiatives conviviales et d'animations. 7. L'Agence Immobilière Sociale (AIS), qui sera créée, veillera, dans sa gestion, à répondre aux besoins accrus en logements de transit d'urgence pour des personnes en attente de solutions plus durables ou dont les moyens financiers sont temporairement réduits. 8. Pour répondre à une demande croissante d'hébergement des seniors, le CPAS élabore la construction d'une nouvelle résidence en partenariat.

Moteur de d?veloppement de la vie associative et d'expression culturelle.

La commune de Woluwe-Saint-Pierre dispose d'une infrastructure exceptionnelle pour mener à bien des politiques associatives et culturelles. Il s'agit principalement des centres communautaires de quartiers (Centre communautaire de Joli-Bois, Centre communautaire du Chant d'Oiseau, de la Villa Crousse, de la Villa François Gay, des salles communautaire à la Cité de l'Amitié et aux Venelles) et la Maison de la Culture. Durant le sextennat qui s'achève, la Maison de la Culture a fêté ses 30 ans et la majorité a veillé à procéder à la rénovation de l'auditorium, de la Salle des mariages et de la médiathèque. Afin de faciliter la vie associative, les habitants et les associations de la commune ont bénéficié d'une tarification préférentielle en matière de location d'infrastructures culturelles. Des partenariats et des collaborations ont été réalisés par les bibliothèques avec, d'une part, la médiathèque et d'autre part le Service emploi (cfr. programme lié à l'emploi). Ces collaborations ont été réalisées en vue de promouvoir les partenaires en mixant les publics. Des ateliers d'écriture et des expositions ont été organisés par les bibliothèques ainsi que le prix Ado-lisant. Ces actions ont été menées en vue de mettre à l'honneur le livre, la lecture, l'écriture et bien entendu les bibliothèques. La commune a accueilli au Centre communautaire de Joli-Bois la Ligue d'Impro qui est une expression très populaire chez les jeunes. Par ailleurs, un répertoire des artistes de Woluwe-Saint-Pierre a été établi et une salle d'expositions dans la Maison de la Culture a été créée. A deux reprises, un parcours de l'artiste a été organisé dans la commune en vue de faire découvrir nos talents. Outre le parcours de l'artiste, l'opération « Woluwe-Saint-Pierre, ma découverte » a été menée, ce qui permet de découvrir un patrimoine caché ou un patrimoine que l'on fréquente sans plus le voir. Le collège des Bourgmestre et Echevins a été en permanence attentif à associer les communes de la périphérie à la politique culturelle de notre commune et ce pour répondre aux actes discriminant les francophones de la région flamande. C'est ainsi que c'est avec force et énergie qu'ont toujours été défendues les actions que mène notre académie à Wezembeek-Oppem. Durant la législature, la commune a acquis des œuvres d'arts et elle a organisé annuellement un prix des arts. L'académie de musique et l'école des arts ont joué de toute évidence un rôle essentiel dans l'épanouissement de près de 1500 élèves qui s'y forment dans plus de 50 disciplines. Ces formations ont eu lieu dans les diverses antennes de nos quartiers, leurs multiples ateliers, classes de musique, de théâtre et de danse. Elles permettent aux jeunes, dès l'âge de 6 ans, aux adultes et aux seniors de découvrir l'importance de la pratique artistique dans leur vie de tous les jours. Vivier de talents multiples, elle participe pleinement à la vie culturelle, à travers une large palette d'activités, comme des expositions, concerts, spectacles, conférences, stages de vacances et échange dans d'autres institutions similaires à l'étranger. Les infrastructures communales sont un outil bien utilisé pour permettre cet épanouissement culturel. {{{ {{Programme 2006-2012}} }}} Pour la prochaine législature, l'objectif général sera d'utiliser adéquatement l'ensemble des infrastructures en vue de promouvoir la culture au sein de toutes les classes sociales habitant la commune, d'assurer l'expression culturelle de nos habitants et associations et de stimuler l'épanouissement de nos talents. 1. Dans cette perspective, les démarches seront faites en vue de faire reconnaître la Maison de la Culture comme centre culturel reconnu par la Communauté française. Une coordination entre les différents acteurs culturels sera mise en œuvre. Seront associés à cette coordination, la Maison de la Culture, l'ensemble des centres communautaires de quartiers, la Comédie Volter, l'Ecole des Arts, l'Académie et les écoles. La programmation culturelle des différents lieux se fera en concertation avec le réseau ainsi créé. Ce réseau formera un conseil consultatif de l'action culturelle. Y sera associé des représentants d'associations culturelles des communes de la périphérie. Ce conseil consultatif de l'action culturelle sera également chargé de veiller à créer des synergies pour assurer le meilleur développement de la culture sur le territoire communal. 2. A la Maison de la Culture, le cabaret sera réaménagé en petite salle de spectacles (+/- 100 places) en vue d'accueillir des jeunes talents, des spectacles d'amateurs, des conférences et des clubs culturels axés sur des thèmes comme le jazz, l'improvisation, la poésie... Cette salle sera aussi utilisée comme lieu de répétition pour des groupes musicaux ou de théâtre issus des habitants de la commune. Cette nouvelle infrastructure au sein de la Maison de la Culture pourra aussi jouer un rôle de centre communautaire de quartier pour le quartier du Centre. 3. Un passeport culturel sera créé. Celui-ci aura différentes formes suivant l'âge. Ainsi, pour les jeunes de moins de 21 ans, un passeport offrant l'accès à 5 activités culturelles gratuites sera proposé. L'objectif poursuivi est de permettre à nos jeunes de s'ouvrir à différents types d'activités culturelles (musique, théâtre, conférences...). Un second passeport sera créé et susceptible d'être obtenu par l'ensemble des habitants de notre communes. Celui-ci permettra d'obtenir une tarification privilégiée pour les spectacles organisés durant une saison. 4. Des actions de mise en valeur de nos artistes seront menées : actualisation du répertoire des artistes de Woluwe-Saint-Pierre, organisation de parcours d'artistes, facilité pour exposer les œuvres au sein des bâtiments communaux... 5. Le patrimoine architectural sera aussi mis en évidence. Ainsi, l'inventaire du patrimoine monumental de la commune sera poursuivi en vue d'une édition et d'une mise sur le site. Un guide de promenades thématiques et une nouvelle édition de l'historique de la commune seront réalisés. La centralisation des archives du patrimoine communal sera poursuivie. L'opération « Woluwe-Saint-Pierre, ma découverte » sera rééditée à plusieurs reprises. 6. Des démarches seront entreprises pour faire passer la bibliothèque en catégorie A (actuellement elle est en catégorie B) . Ceci permettra d'assurer un nombre d'heures plus élevées d'ouverture des bibliothèques. Des partenariats et des animations y seront organisées en vue de faire éclore de nouveaux talents d'écrivains ou de critiques et d'assurer la promotion du livre et la lecture sous toutes ses formes. 7. Vu l'évolution de la population fréquentant l'école des Arts, les heures d'ouvertures de celle-ci sera augmentée en vue de permettre aux élèves, en particulier les seniors, de pouvoir fréquenter les ateliers en cours de journée. Certains cours, sur base des demandes, seront aussi organisés en journée. 8. La commune continuera à organiser son prix annuel des arts et à acquérir des œuvres d'art. L'optique de ces acquisitions sera, d'une part de soutenir de jeunes artistes de qualité, et d'autre part de placer les œuvres ainsi acquises dans des lieux visibles par le public, en particulier dans les espaces publics. 9. La vigilance qu'a eu la majorité pour soutenir les Francophones de la périphérie dans leur développement culturel sera maintenue. 10. Enfin, un système de tarification préférentielle, en faveur des habitants de la commune, subsistera dans le cadre des locations des infrastructures culturelles.

Utiliser intelligemment les nouvelles technologies.

La commune de Woluwe-Saint-Pierre a été, durant le sextennat qui s'achève, une commune pilote dans l'utilisation des nouvelles technologies dans la gestion municipale. C'est ainsi que le construction d'une administration à domicile ou à distance a été entamée. Il s'agit du guichet électronique. Plusieurs applications ont été réalisées en vue d'obtenir le service 24 h. sur 24 h. et à distance. Plusieurs applications ont été réalisées, comme par exemples la carte de stationnement, la délivrance de documents administratifs, la facilité des relations entre les parents des enfants fréquentant les crèches,..... En 2006, plus de 15% des cartes de stationnement ont ainsi été délivrées à distance. Le site internet de la commune a été totalement rénové pour y introduire le guichet électronique (forme de e-gouvernement). Un système de paiement y a été intégré. Par ailleurs, la commune de Woluwe-Saint-Pierre est également pilote dans l'utilisation pratique de la carte d'identité électronique. Son efficacité a été reconnue par le secteur privé. La Fédération des Entreprises Agoria a primé la commune pour les applications qu'elle a créée et pour l'utilisation des nouvelles technologies dans la gestion. Les objectifs toujours poursuivis sont triples : • améliorer le service à la population en facilitant les différentes démarches administratives ; • simplifier le travail au sein de l'administration et dès lors gagner en efficacité et diminuer les coûts ; • la mise en œuvre de la simplification administrative. A de nombreuss reprises la presse s'est intéressé aux nouvelles initiatives prises à la commune de Woluwe-Saint-Pierre en matière d'utilisation des nouvelles technologies
Des salles multimédias ont été réalisées et l'accès à internet a été organisé dans l'ensemble des quartiers de la commune (bibliothèques, maison communale, centres communautaires de quartiers, ....) Nous pouvons considérer qu'ainsi nous avons mis en œuvre un réseau de « cabines téléphoniques du XXIème siècle » sur le territoire de la commune. Enfin, en vue d'éviter la rupture numérique et d'avoir ainsi une partie de la population exclue, des conférences informatiques de vulgarisation de l'utilisation des nouvelles technologies ont été organisées. Celles-ci ont toujours été gratuites et ont obtenu un grand succès. De plus, des permanences sont organisées dans les salles multimédias en vue d'encadrer les débutants pour que ceux-ci puissent acquérir la capacité d'utiliser ces nouvelles technologies. {{{ {{Programme pour 2006 à 2012}} }}} Les nouvelles technologies sont utilisées pour la gestion municipale en vue de répondre aux trois objectifs qui ont animés le sextennat qui s'achève : amélioration des services rendus au public, amélioration de l'efficacité du travail et diminution des coûts de celui-ci, simplification administrative. Outre ces objectifs, la volonté du sextennat prochain sera « d'utiliser la distance pour rapprocher » ! C'est ainsi que la prochaine législature sera caractérisée par les trois pôles suivants : 1. l'extension des services rendus à distance : Serge de Patoul procède à une démonstration en direct avec sa carte d'identité électronique - le nombre de formulaires disponibles sur le guichet électronique et susceptibles d'être obtenus à domicile sera augmenté. L'objectif, à terme, est d'arriver au maximum de documents susceptibles d'être obtenus à distance. - La consultation à distance des citoyens de leur dossier personnel sera mise sur pied dans les domaines qui le justifient. Par exemple, le demandeur d'un permis de bâtir pourra consulter son dossier en vue de savoir quel est l'état d'avancement de celui-ci. Le système qui sera mis en place sera sécurisé et basé sur des codes secrets d'accès. - La création des documents officiels digitalisés et virtuels sera lancée. En pratique, cela pourra se traduire par un système qui permettra de délivrer un document officiel, comme par exemple la composition de famille, sur support informatique, accessible directement par l'organisme qui a besoin du document (par exemple, demande d'abonnement STIB, transmission du document de composition de famille par cette voie). 2. la création de la participation des citoyens à distance (e-democratie) : les nouvelles technologies de la communication sont des outils extrêmement performants pour faciliter des relations et donc pour rapprocher le citoyen de la gestion communale. Dans cette perspective, l'e-démocratie sera lancée en vue de faciliter la participation des citoyens dans les décisions de gestion communale. Pour illustrer, prenons l'exemple déjà pratiqué mais sans utiliser les nouvelles technologies. Le choix du système de stationnement dans nos rues et avenues est choisi par les habitants. Effectivement, sur base d'une demande de plus de 60% des habitants d'une rue, le collège a toujours mené l'enquête auprès des habitants pour définir la solution la plus adéquate. Dès qu'une enquête obtenait un quorum de plus de 60% de participants et de plus de 60% pour la modification proposée, le collège a toujours appliqué la décision ainsi prise. Sans supprimer le système traditionnel de consultation, l'e-démocratie qui sera mise en place complètera ce système en vue de faciliter la participation de tous les citoyens. 3. l'accessibilité à l'utilisation des nouvelles technologies de la communication par tous publics : la lutte contre l'exclusion digitale sera poursuivie par la mise à la disposition du public de l'accès aux nouvelles technologies (salle multimédia contenant un matériel efficace) et par des formations (conférences, encadrement dans les salles multimédias, ...) Outre ces trois axes, les différents bâtiments communaux accessibles au public, seront outillés en vue de pouvoir avoir accès à l'internet sans fil. Le site internet de la commune associera le monde associatif (sportif, culturel, social, économique) et ce par le biais de zones sur le site communal qui leur seront réservées et gérées par eux-mêmes grâce à un système de contrôle via la signature électronique (utilisation efficace de la carte d'identité électronique). Les objectifs poursuivis par cette politique seront d'assurer la meilleure information et dès lors la promotion de ce monde associatif.

Les jumelages et les relations internationales

{{ {{{Dynamisme}}} }} Depuis 6 ans comme échevin des jumelages et de la coopération internationale, j'ai veillé à dynamiser cette activité. Pour preuve, rien qu'en 2005, les dépenses réalisées pour la coopération avec le district rwandais de Ruyumba ont été supérieures à celles consacrées pour le même jumelage par mon prédécesseur cdh pendant ses 6 ans de gestion ! Il faut savoir que l'euro investi par la commune a été multiplié par 5 par la coopération belge (DGCD), preuve complémentaire du sérieux du travail accompli. {{ {{{Coopération et développement}}} }} Les contacts avec les élèves ont été excellents Pour un peu moins d'un euro par an et par habitant, a été réalisée une politique de coopération (l'introduction de l'utilisation de nouvelles technologies et de l'énergie solaire dans la gestion du district, une aide médicale aux dispensaires du district, un parrainage annuel de 54 élèves afin qu'ils puissent suivre le cycle secondaire, des récoltes à Woluwe-Saint-Pierre de paires de lunettes redistribuées de manière judicieuse au district (redonner la vie à des aveugles qui s'ignorent), l'envoi de livres pour la construction d'une bibliothèque et de livres scolaires, le financement d'un programme agricole en vue de former pour garantir un meilleur rendement de l'élevage et de l'agriculture, tout en assurant une meilleure gestion de l'environnement et une lutte contre l'érosion,...). Outre l'inscription de Woluwe-Saint-Pierre dans une démarche de collaboration et de développement, la volonté a été de stimuler notre jeunesse à participer à cette démarche. C'est ainsi que plusieurs mouvements de jeunesse se sont rendus dans notre commune jumelée roumaine de Pecica où ils ont réalisé des camps de jeunesse axés sur l'aide et la coopération. Une bourse a été initiée pour stimuler les habitants de Woluwe-Saint-Pierre à mener à bien des projets de coopération et des actions de sensibilisations ont été menées.


{{ {{{Ouverture au monde}}} }} Un deuxième axe est l'ouverture des jeunes au monde. Chaque année des jeunes Wolusampétrusiens se sont rendus dans notre commune jumelée louisianaise à la Nouvelle-Ibérie, dans le cadre d'échange de jeunes. Avec notre district partenaire de Chaoyang (situé à Beijing) des jeunes de Woluwe-Saint-Pierre ont effectué un stage professionnel s'ouvrant à la culture chinoise. Le troisième axe est l'échange de connaissances, d'expériences et de procédés de bonne gestion. Les pouvoirs publics ne sont pas en soi des concurrents. C'est l'intérêt de tous de pouvoir collaborer. Dans cet esprit, dans le cadre du jumelage avec Gangnam (un district de Séoul), une collaboration en matière d'utilisation de nouvelles technologies dans la gestion publique a été mise en œuvre. L'ensemble de cette politique a pu être menée grâce à l'impulsion de la commune, à des financements de la coopération belge et à l'association d'habitants de Woluwe-Saint-Pierre (le Conseil Consultatif de la Coopération au Développement) qui ont bénévolement collaborés aux actions.


{En 2004, avec Serge de Patoul, les jeunes et le groupe des adultes se sont retrouvés. Ensemble ils se sont rendu sur la muraille de Chine}
{{ {{{Et pour la prochaine législature 2007-20013}}} }} L'opposition a fortement critiqué mon action préférant sans doute l'inertie ! Preuves étant faites, si j'ai aux élections communales d'octobre prochain votre soutien, je vous garantis l'action. La priorité sera mise sur la continuation des relations existantes avec les différents partenaires actuels. Les cinq points suivants seront continués ou mis en oeuvre 1. La politique de coopération et de solidarité avec des entités de pays pauvres sera poursuivie. Nous inscrirons Woluwe-Saint-Pierre dans le programme pluriannuel de coopération entre entités locales. Parrainage d'élèves, récolte de livres, envoi de livres, soutien des dispensaires et programme agricole seront continués. 2. L'ouverture au monde, en particulier des jeunes sera organisée par des échanges de jeunes avec l'ensemble des entités susceptibles de pouvoir concrétiser pareils projets. 3. Les opérations de coopération internationale seront conçues pour associer un maximum d'habitants de Woluwe-Saint-Pierre. Sans que cela n'entraîne des coûts financiers pour la commune, des voyages seront organisés pour permettre aux habitants de Woluwe-Saint-Pierre de mieux connaître les entités jumelées et la culture de ces pays. 4. La commune de Woluwe-Saint-Pierre se placera dans un esprit de collaboration, d'échanges de techniques de gestion entre entités locales. Woluwe-Saint-Pierre se placera dans la mesure des possibilités, dans des programmes européens de création de réseaux d'expertises. 5. L'ensemble de cette politique continuera à être supervisée par un conseil citoyen. Celui-ci sera en particulier en charge de mener des actions de sensibilisation à Woluwe-Saint-Pierre. Le conseil citoyen restera ouvert à tout habitant désireux d'y participer. Pour tous informations complémentaires n'hésitez pas à consulter mon site dans la rubrique échevin des jumelages et de la coopération internationale.
Un fac-similé du premier livre imprimé par un processus d'imprimerie (l'anthologie des enseignements des prêtres Zen du grand Bouddhisme) donné par Gangnam à Woluwe-Saint-Pierre et mis en dépôt à la bibliothèque Wittockania